Communiqué :

Exposition personnelle Fontaine de la Mare

Fontaine de la Mare a dédié sa récente exposition personnelle «Matières Mots Mémoires» à sa région d’adoption, la côte normando-picarde où il est installé depuis cinq ans..
Trois matériaux-mémoires (gravats de marbre de l’église Saint-Jacques d’Abbeville, débris en résine du chalutier Baie des anges, morceaux de craie de la falaise du Tréport) feront des chemins autour des casiers à seiches, en fer et cordages, mémoire des travailleurs de la mer.
Ses sculptures d’albâtre et de marbre dialogueront avec leurs propres photos prises sur la plage de galets et les chaluts du port du Tréport ainsi qu’avec les haïkus inspirés par le travail de la pierre.

Exposition personnelle du mercredi 8 au mardi 14 avril 2015 à la la galerie des Ateliers de Ménilmontant, «Le26», 26 rue de la Mare, 75020 Paris,
métros Couronnes ou Ménilmontant (ligne 2).
Ouverture : tous les jours de 15 h à 20 h (sauf vendredi 10 et mardi 14).
Vernissage : vendredi 10 avril de 18 h à 22 h.
Finissage : mardi 14 avril de 18 h à 21 h.


Matières Mots Mémoires

Dématérialisation plastique : art de sublimer poétiquement une construction disparue, en symbolisant sa mémoire par la réunification temporaire et significative de ses vestiges.
Ce concept privilégie une seule construction à la fois pour son caractère essentiel, mais il peut aussi transcender plusieurs thèmes dans une composition scénographique.


"Plasticien au service du symbole, je recherche les sens profonds ou sacrés d'un objet érigé en vibrations .
Mes dernières créations évoquent le rétablissement d'une coquille à partir de ses brisures, pour invoquer la renaissance des énergies qu'elle recelait avant son éclatement.
Mon parcours artistique chemine vers l'éclosion, le propre de la coquille étant de sécréter des vies à naître mais aussi de se fendre et de les libérer.
J'espère que ma sculpture incorporée aux diverses installations reflète l'harmonie retrouvée d'une source intacte."



L’exposition-installation "Matières Mots Mémoires" se décline en trois matériaux-mémoire, trois dimensions et trois chemins.
Les trois matériaux sont les gravats de marbre de l‘église Saint-Jacques d’Abbeville, les débris du chalutier Baie des Anges et des morceaux de la falaise de craie du Tréport.
Les trois dimensions sont :
- horizontale au sol, la recomposition à terre des édifices (l’église, le chalutier, la falaise) détruits par action de l’homme, du temps ou des éléments naturels.
- verticale au mur, la «rélévation» ou révélation symbolique, c’est-à-dire une restauration dans l’esprit de ces édifices par des images et des mots, mis en scène sur chaque lieu des «accidents de la vie» pour leur rétablissement à la source.
- spatiale en volumes, les trois casiers de pêche formant trois cercles de vie qui accueillent trois pierres sculptées comme venues de l’océan-matrice.
Les trois chemins émergent d’une spirale au centre de laquelle se trouve Le cœur en albâtre sculpté incarnant l’artiste à l’origine de ces trois chemins parcourus.





L’homme contemporain est un trop-plein de mémoire. Il s’abandonne à l’incontournable tâche de porter incrustés en lui des millénaires d’histoires qui vagabondent dans son esprit, entre l’oubli et la mémoire, comme un crabe qui ne se pose pas de questions sur le poids de sa carapace.
Dans sa pratique artistique, Fontaine de la Mare est un mythologue qui raconte à travers la matière l’indicible qui se cache dans cette mémoire, à la fois archaïque et contemporaine. Qui sait quelles émotions seront réveillées dans le cœur des hommes et des femmes par la rencontre des mots et de la poésie, la pierre et la sculpture, l’évocation des travailleurs de la mer et de l’océan, des couleurs vives et du blanc pur de l’albâtre ?
La visite de l’exposition vous emmènera sur la sentier de l’archéologie de votre mémoire, votre mythologie unique.
Maria Claudia Galera




Merci pour ta très belle installation. La trinité du temps et de ses fils et filets a capté la beauté de l’incarnation de la matière vivante. Et les mots sont descendus du ciel sur mur et sol terrestre pour l’incarner doublement sur le plan de la conscience.
Christiane Schmitz





Projet pour la prochaine exposition personnelle à la galerie du Génie de la Bastille  du mercredi 10 au dimanche 14 février 2016 : "Visions du Tréport : CoquillesEssence/Naissances".


Note d'intention :

"Coquilles Essence/Naissances"


Dans la continuité de l'exposition «Matières Mots Mémoires» présentée en avril 2015 à la galerie des Ateliers de Ménilmontant, Fontaine de la Mare propose "Coquilles, Essence/Naissances", innovant par le biais du pastel sur toile et papier :

Sur des casiers-berceaux marins reposent quelques coquilles organiques (sculptures).
De ces coquilles naît l'Énergie-Lumière (série de dessins en couleurs) à travers laquelle émergent trois coquilles symboliques.
Les coquilles-icônes du Tréport (chalutier, falaise, église Saint-Jacques) figurent des protections complices de l'existence face aux éléments naturels (eau, terre, ciel). Ici, leur trilogie agit comme une osmose, un lieu de fusion avec la création (alchimie du chiffre 3).

Toujours en synergie avec les paysages tréportais, l'artiste présentera en avant-première ses croquis de l'estacade effondrée cette année, selon sa vision originale.

Eléments exposés au mur et au sol :
Sculptures en marbre et albâtre. Dessins au pastel. Photos-poèmes. Casiers à seiches et filets.








cf galerie Coquilles Essence/Naissances
 
Diaporama